in

Le pont de la Concorde, bâti grâce à une prison !

Depuis la célèbre place de la Concorde, la rive gauche se rejoint via un pont très connu des Parisiens et des touristes, mais dont l’histoire est relativement ignorée du plus grand nombre…

Le pont de la Concorde a été inauguré en 1791, mais sa construction avait déjà été envisagée cinq décennies avant. Faute de moyens, l’opération est restée en suspens jusqu’à ce qu’un événement historique la précipite : la Révolution française. 

Pont Louis XVI, d’abord…

Les ruines de la prison de la Bastille dont les geôles sont prises d’assaut le 14 juillet 1789 vont en effet servir de matériaux pour l’édification de ce pont, surnommé à l’époque le pont Louis XVI. Il est ainsi habillé des pierres de taille provenant de cette ancienne forteresse d’État longue de 66 mètres et haute de 24 mètres. 

D’architecture néoclassique, le pont est composé de de cinq arches portées par des colonnes de trois mètres de diamètre. Plus tard, Napoléon y fera sculpter des statues de généraux morts sur les champs de bataille pendant les campagnes du Premier Empire.

… puis pont de la Concorde en 1830

Renommé pont de la Concorde en 1830, cet édifice fera l’objet d’un élargissement un siècle plus tard. Les travaux seront conduits par des ingénieurs des Ponts et Chaussées qui respecteront strictement le style originel de l’ouvrage. Le pont de la Concorde est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1975. 

Villa Savoye : une révolution architecturale signée Le Corbusier

Le Palais d’Iéna, grand classique de l’architecture moderne