in

Quand la phytoremédiation se met au service de l’habitat

Crédit: fotolia

S’appuyer sur des solutions vertes et naturelles pour remédier aux différentes sources de pollution qui affectent nos environnements extérieurs comme intérieurs, telle est l’essence de la phytoremédiation. L’incluant dans son offre de solutions éco-responsables, la société Neobab, basée en Seine-Saint-Denis, en a fait l’un de ses principaux axes d’action.

Vous n’en aviez jamais entendu parler ? La phytoremédiation pourrait pourtant vous apporter des solutions naturelles des plus précieuses pour améliorer le confort de votre habitat et sa qualité de vie. Englobant une diversité de procédés visant la dépollution des sols, l’épuration des eaux usées ou encore l’assainissement de l’air intérieur, elle consiste à recourir à l’utilisation de plantes vasculaires, d’algues ou encore de champignons, et par extension, à des écosystèmes pouvant supporter ces végétaux.

Depuis sa création en 2015 en Seine-Saint-Denis, Neobab, cette structure hybride qui brille en tant que bureau d’étude, aménageur paysager et start-up innovante, en a fait l’un de ses axes les plus précieux. « En tant qu’acteur de la transition énergétique et de la résilience des villes, nous travaillons de plus en plus avec des concepteurs d’immeubles, de résidences ou d’écoquartiers pour mettre en place cette phytoremédiation par l’habitat », commente Vincent Vanel, le chef de file de Neobab.

Améliorer l’air intérieur et les espaces de vie

Les facultés de dépollution des plantes d’intérieur sont connues depuis 1989. Colles, peintures, meubles en bois stratifié, encres, produits ménagers ou fumée de cigarette sont autant de polluants que l’on retrouve dans nos habitations.

Porteurs de composés chimiques volatils (ammoniac, benzènes, formaldéhydes, xylène, monoxyde de carbone, etc.), ils affectent notre santé, engendrant maux de tête, fatigue chronique et autres allergies. « Certaines plantes ont des propriétés dépolluantes avérées, créant par leur simple présence dans nos habitats une sorte de filtre vivant capable d’absorber, généralement par leurs feuilles, une partie de la pollution atmosphérique. Par des procédés biochimiques qui leur sont propres, elles sont ainsi en mesure de neutraliser et de décomposer ces particules polluantes, tout en rejetant de l’oxygène dans l’atmosphère », explique Vincent Vannel.

Dans cette optique, les plantes vertes et grasses en général, mais aussi certaines fougères ou variétés de cactus joueront parfaitement ce rôle de « dépolluantes » dans les différentes pièces de votre intérieur. Sans compter que leur couleur verte, apaisante, se révèle excellente pour diminuer le stress et contribuer à l’apaisement.

L’offre de végétalisation, un indispensable de la conception

Orientation, vues extérieures, usage de l’espace de vie, goûts…  La conception de l’habitat intègre aujourd’hui au travers de ces paramètres une offre de végétalisation répondant à des critères esthétiques, mais aussi de confort et de « bien vivre ». « Les futurs acquéreurs de biens peuvent ainsi se projeter dans leur habitat au travers de différents aménagements paysagers et espaces végétalisés. Si ceux-ci présentent un avantage esthétique, ils sont aussi pensés de façon fonctionnelle, le végétal devenant un trait d’union entre le confort dont on dispose dans son intérieur et celui que l’on souhaite trouver à l’extérieur », détaille encore le représentant de Neobab.

>> Voir aussi : Cultiver des herbes aromatiques à la maison

Les plantations d’arbres ou d’arbrisseaux, choisis en cohérence, offrent ainsi des espaces ombragés permettant de lutter contre les îlots de chaleur. Les tapis de verdures déployés à leurs pieds, des endroits stratégiques où trouver de la fraîcheur.

A l’heure où l’une des grandes préoccupations des zones urbaines est de pouvoir abaisser une température environnante qui ne cesse d’augmenter, la phytoremédiation pratiquée au sein des villes et de leurs habitats s’impose comme une solution simple et efficace pour lutter contre le réchauffement climatique et ses effets néfastes sur l’environnement et la santé.

Un marché de produits de proximité à Colombes

Que font les Français dans leur salle de bain ?