in

Les façades haussmanniennes parisiennes

DR

Au XIXe siècle, l’immeuble Haussmannien marquera à jamais l’architecture française. Ces constructions qui font partie de l’histoire même de Paris représentent 60% des bâtiments de la capitale.

Georges Eugène Haussmann (1809-1891), communément appelé le baron Haussmann, est connu pour avoir dirigé de grands travaux à Paris. Préfet de la Seine de 1853 à 1870, lors de sa préfecture, il va modifier 60% de la capitale (18 000 des 31 000 habitations parisiennes ont été démolies). Sous le Second Empire, il va ainsi contribuer aux transformations de Paris et à une modernisation d’ensemble de la capitale française.

La pierre de taille comme matériau phare

Avec ses travaux, l’usage de la pierre de taille dans les immeubles d’habitation se généralise. Les façades sont désormais en pierre, et plus en bois ou briques, souvent extraite de carrières proches. Avant cela, le centre historique de Paris se présentait à peu près sous le même aspect qu’au Moyen Âge avec des rues encore étroites, peu éclairées et sales. Avec la transformation urbanistique qu’il a menée, Haussmann a fait de Paris l’une des plus belles villes du monde.

Celui qui fit des émules…

Son influence a été telle que nombre d’aménagements urbains se sont inspirés des travaux de Georges Eugène Haussmann. Sous le Second Empire, et au début de la Troisième République, des villes comme Dijon, Angers, Lille, Toulouse, Avignon, Montpellier, Toulon, Lyon, Nîmes ou encore Marseille ont, elles aussi, amorcé leur mutation. Sans compter les villes étrangères à l’instar d’Alger (à l’époque encore colonie française), Bruxelles, Rome, Barcelone, Madrid, Stockholm, Istanbul, Le Caire, Bucarest… qui ont souvent puisé leurs idées dans l’architecture haussmannienne pour s’embellir et concurrencer Paris.

 

Meilleur ouvrier de France, le « Roi du flan » est à Colombes

Couleurs : l’orange dans tous ses états !